Mieux comprendre une hernie discale

Hernie discale : Combien de temps dure une hernie discale ?

Hernie discale : Combien de temps dure une hernie discale ?

Une hernie discale est une affection qui peut attaquer le long de la colonne vertébrale, mais se localise, dans la majorité des cas, dans le bas du dos. On l’appelle parfois un disque bombé, saillant ou rompu. Une hernie discale peut exercer une charge sur les nerfs de votre colonne vertébrale et engendrer divers maux au niveau du cou, du dos, ou des bras et des jambes. Parfois, ces symptômes peuvent être suffisamment graves pour perturber votre existence. Vu la gravité de cette maladie, il est indispensable que vous ayez le diagnostic d’un professionnel et que vous sachiez les recours possibles ainsi que les divers traitements et précautions à votre disposition.

Les causes fréquentes

On parle de hernie discale lorsqu’un noyau semblable à une gelée pousse contre la bague extérieure du disque en raison d’usure ou d’une blessure soudaine. Cette pression sur l’anneau externe peut causer des douleurs au bas du dos.

Si la pression persiste, le noyau va pénétrer à travers la bague extérieure du disque ou provoquer un renflement de la bague. Cela met la pression sur la moelle épinière et les racines nerveuses à proximité. De plus, le matériau du disque libère des irritants chimiques qui contribuent à l’inflammation nerveuse. Cette irritation crée une douleur, un engourdissement et une faiblesse dans les jambes, qu’on appelle « sciatique ».

Le diagnostic du médecin

Tout mal de dos ne signifie pas obligatoirement une hernie discale. Pour s’assurer, il faut effectuer une consultation chez un spécialiste qui a la capacité de vous faire un diagnostic. Ce dernier peut vous demander de rester à plat et de déplacer vos jambes dans diverses positions pour l’aider à déterminer la cause de votre douleur. Le praticien peut également effectuer un examen neurologique pour vérifier : vos réflexes, votre force musculaire, votre capacité à marcher et sentir des contacts légers.

Dans la plupart des cas de hernie discale, un examen physique et des antécédents médicaux suffisent pour présenter un diagnostic. Pour s’assurer de la véracité de son examen, le spécialiste peut vous recommander un ou plusieurs tests d’imagerie (Scanner, IRM, Myélogramme), ou des examens nerveux.

Les précautions pour soulager les douleurs

Comme meilleure précaution, les médecins recommandent le repos. Ce dernier peut soulager l’enflure et permet à votre dos d’avoir un temps de guérison. Il faut savoir que les activités qui vous obligent à un fléchissement ou à supporter des objets lourds sont à exclure. Votre médecin pourrait vous suggérer de rester au lit. Le repos à plat est bon pour une courte durée, mais vous devez continuer à bouger pour que vos articulations et vos muscles ne se raidissent pas. Ne restez pas debout plus de 1 à 2 heures.

Des exercices et des étirements spéciaux aident à soulager la douleur associée à une hernie discale. Les physiothérapeutes peuvent de manière correcte vous initier à réaliser ces exercices. Ceux-ci ont pour objectif de réduire la charge exercée sur votre disque. À mesure que vos muscles de la colonne vertébrale deviennent plus résistants, la charge sur le disque s’affaiblira, ce qui soulagera votre douleur.

Une intervention chirurgicale est-elle obligatoire ?

Seul un faible pourcentage de patients atteints d’une hernie discale lombaire nécessite une intervention chirurgicale. La chirurgie de la colonne vertébrale est généralement préconisée après qu’une période de traitement non chirurgical n’a pas soulagé les symptômes douloureux, ou chez les patients présentant les cas suivants : faiblesse musculaire, difficulté à marcher, et perte de contrôle de la vessie ou des intestins.

Dans de nombreux cas, les chirurgiens ne peuvent enlever que la partie saillante du disque. Cependant, le disque entier ne doit pas être supprimé. Dans ce sens, il peut être nécessaire de fusionner les vertèbres avec du matériel en métal pour assurer la stabilité de la colonne vertébrale. L’implantation d’un disque artificiel est rarement sollicitée.

Les médicaments

Certains patients souffrant d’une hernie discale ne sont pas obligés d’être opérés. Il existe des médicaments pouvant être prescrits par les médecins pour traiter cette maladie. Ceux-ci peuvent vous donner des médicaments en vente libre comme l’ibuprofène ou le naproxen dans le cas où vos douleurs sont légères. Si cette option ne fonctionne pas, ils peuvent vous faire prendre de la codéine durant une courte durée. Il y a également les relaxants musculaires pour les spasmes. Enfin, les corticostéroïdes anti-inflammatoires peuvent être administrés par injection directement dans la région autour des nerfs rachidiens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *